Comment le nectar de fleurs devient miel?

02/20/2019

Comment le nectar de fleurs devient miel?

Le nectar fourni par les fleurs et transportĂ© par les butineuses Ă  l'intĂ©rieur de la ruche va ĂŞtre travaillĂ© par de nombreuses autres  "spĂ©cialistes" qui vont en faire un produit consommable et stockable sans risque de fermentation ….le miel. 

Pour comprendre le cycle de fabrication, il faut imaginer que chaque abeille a un rôle précis à tenir au sein de la ruche.

Sur la durée moyenne d'une vie, 1 mois pour une abeille d'été qui travaille beaucoup, elle va successivement exercer 6 métiers:

 

- Son premier travail,   les  premiers jours de sa vie, consiste Ă  nettoyer les cellules et Ă  rĂ©guler la tempĂ©rature du couvain (les larves),

- Elle va ensuite soigner  la reine et nourrir les larves,  

- Dans une troisième phase, elle va  rĂ©ceptionner et travailler le pollen et le nectar,

- A partir du 12ème jour,  elle nettoie la ruche et fabrique la cire

- Elle apparait ensuite  sur la planche d'envol pour protĂ©ger la colonie et  ventiler la ruche, 

- Enfin, elle deviendra, à partir de la troisième semaine, butineuse une dizaine de jours et aura pour mission de récolter le nectar et le pollen.

 

Une vie courte mais bien remplie….

 

La goutte de  nectar  rĂ©coltĂ© par la butineuse est un liquide sucrĂ© (on y a goutĂ© en suçant des fleurs de trèfles) et très riche en eau. La butineuse va  le confier Ă  une travailleuse (cf. photo) qui au sein de la ruche va l'avaler, le rĂ©gurgiter, le malaxer autant de fois  de nĂ©cessaire pour que le taux d'humiditĂ© descende très sensiblement. Elle va d'ailleurs, par les multiples passages dans son jabot, l'enrichir en enzyme.

Le "presque miel" sera ensuite dĂ©posĂ© dans une alvĂ©ole et les ventileuses vont poursuivre le travail d'assèchement. En battant des ailes, elles crĂ©ent un courant d'air Ă  l'intĂ©rieur de  la ruche qui va chasser l'humiditĂ© rĂ©siduelle jusqu'au taux de 18% ...seuil qui permet la bonne conservation du miel.

Et ça n'est encore pas tout Ă  fait fini,  puisque il faut qu'une autre travailleuse dĂ©pose une pellicule de cire protectrice sur l'alvĂ©ole.

 

Le miel ainsi  stockĂ© sera Ă  disposition pour la consommation courante mais aussi pour passer les saisons de disette, l'automne et l'hiver. 

 

Quelques chiffres : 

Une butineuse qui va travailler 7 jours va faire plus de 700 kms d'allers/retours , pour ne récolter au plus que 15 grammes de nectar.

Par voyage, pour remplir son jabot de nectar, elle va devoir butiner 1000 Ă  2000 fleurs.

 

Quand vous gouterez votre prochaine cuiller de miel, apprĂ©ciez la aussi au regard de tout ce travail et de ce cycle naturel de production. 

Sans jouer les moralisateurs, je suis  tentĂ© de vous inviter Ă  choisir des miels de proximitĂ©, qui ont la couleur et le gout de leur rĂ©gion. Ceux de petits producteurs que vous pouvez rencontrer sur les marchĂ©s ou dans leur rucher.

Oubliez tous les miels d'origine douteuse, qui peuvent ĂŞtre rĂ©coltĂ©s avant maturitĂ©, enrichis par des substituts synthĂ©tiques et diluĂ©s avec des sirops vĂ©gĂ©taux. Le miel fait partie des aliments les plus falsifiĂ©s pour des motifs Ă©conomiques. 

Oubliez aussi bien vite, les producteurs industriels qui ne respectent pas leurs colonies … ce film n'est malheureusement pas une caricature!

Faut-il piéger les frelons asiatiques au printemps ? La fleur, l'abeille ...et l'homme